[ALTER-] Prospective

Ivan Illich, la convivialité

lundi 28 juillet 2008 par Ronan

Monopole radical

Inventeur du concept de monopole radical (lorsqu’un moyen technique est ou semble trop efficace, il crée un monopole et empêche l’accès aux moyens plus lents, comme les autoroutes vis-à-vis de la marche à pied par exemple). "Quand une industrie s’arroge le droit de satisfaire, seule, un besoin élémentaire, jusque là l’objet d’une réponse individuelle, elle produit un tel monopole. La consommation obligatoire d’un bien qui consomme beaucoup d’énergie (le transport motorisé) restreint les conditions de jouissance d’une valeur d’usage surabondante (la capacité innée de transit)."(Ivan Illich, Energie et équité, 1975)

Contre productivité

La principale notion illichienne est le concept de la contre-productivité, qui décrit un phénomène embarrassant : lorsqu’elles atteignent un seuil critique (et sont en situation de monopole) les grandes institutions de nos sociétés modernes industrielles s’érigent parfois sans le savoir en obstacles à leur propre fonctionnement : la médecine nuit à la santé (tuant la maladie parfois au détriment de la santé du patient), le transport et la vitesse font perdre du temps, l’école abêtit, les communications deviennent si denses et si envahissantes que plus personne n’écoute ou ne se fait entendre, etc.

Penseur de l’écologie politique, il lutta contre le système automobile et tous les moyens de transports trop rapides qu’il jugeait aliénants et illusoires. Il avait par exemple calculé qu’en prenant en compte le temps moyen passé à travailler pour acquérir une automobile et faire face aux frais qui y sont liés et non seulement le temps passé à conduire celle-ci, la vitesse du bolide était de 6 km/h. En effet, un Américain consacrait en moyenne, durant les années 1970, 1600 heures par an pour sa voiture et ne parcourait que 10000 kilomètres durant l’année [1]. Illich était aussi contre nos systèmes de santé et l’école obligatoire, qu’il considérait comme outils non-conviviaux.

La convivialité

Il travailla à créer des pistes vers d’autres possibilités, qui s’expriment selon lui par un retour à des outils conviviaux, qu’il oppose aux machines. L’outil accepte plusieurs utilisations, parfois détournées du sens original, et donc l’expression libre de celui qui l’utilise. Avec une machine l’homme devient serviteur, son rôle se limitant désormais à faire fonctionner une machine construite dans un but précis.

On peut avoir une idée de la convivialité chez Illich avec la relation autonomie et hétéronomie reliée aux valeurs d’usage et d’échange marxiennes et à l’idée d’union-au-monde d’Erich Fromm.

On peut le considérer, avec son ami Jacques Ellul, comme l’un des principaux inspirateurs des concepts d’« après-développement » (diffusé notamment par des auteurs qui ont travaillé avec Illich, tels Majid Rahnema ou Gustavo Esteva), de « simplicité volontaire » et plus récemment de « décroissance soutenable ».

Origine du monde moderne

Dans le livre River north of the future : the testament of Ivan Illich as told to David Caryley, Illich relate dans des entretiens oraux une vision particulière de l’histoire. Pour lui, les institutions d’aujourd’hui qui se veulent universelles et établissent un monopole radical sont héritées du catholicisme.

À propos notamment de l’école : « Chaque peuple eut ses danses de la pluie et ses rites d’initiations, mais jamais un rituel qui clamait sa validité universelle, une procédure se présentant elle-même comme destination inévitable pour tout le monde, dans tous les pays. » L’école est devenue selon Illich une religion universelle, et en tant que telle, témoigne de son héritage de la première institution qui déclarait ses services et ses ministères comme l’unique voie vers le salut : l’Église catholique romaine. (Introduction).

Pour Illich, selon l’adage corruptio optimi quae est pessima (« la corruption du meilleur devient le pire »), le monde moderne n’est ni l’accomplissement du christianisme ni sa négation, mais plutôt sa perversion. Les nouvelles libertés que Jésus nous a apportées ont rendu possibles de nouveaux excès. En libérant l’homme des anciennes traditions et des coutumes ethniques (liberté manifestée selon Illich dans la parabole du samaritain, qui transgresse les clivages) pour aider et donc choisir son prochain, l’homme perd également les garde-fous que ceux-ci pouvaient représenter.

Œuvre

  • Libérer l’avenir, Seuil, Paris, 1971.
  • Une société sans école, Seuil, 1971 (titre original : Deschooling Society)
  • La Convivialité, Seuil, 1973 (titre original : Tools for conviviality)[2]
  • Énergie et équité, 1re édition en français, Le Monde puis Le Seuil, 1973, 2e édition en anglais, 1974, 3e éditition en allemand, 1974, traduction par Luce Giard, Seuil, 1975. texte intégral en français
  • Némésis médicale, Seuil, 1975
  • Le Chômage créateur, Seuil, 1977.
  • Le Travail fantôme, Seuil, 1981.
  • Le Genre vernaculaire, Seuil, 1983.
  • H2O ou Les Eaux de l’oubli, Lieu commun, 1988.
  • ABC, l’alphabétisation de l’esprit populaire, avec Barry Sanders, La Découverte, Paris, 1990.
  • Du lisible au visible, la naissance du texte, Cerf, Paris, 1991.
  • Dans le miroir du passé. Conférences et discours 1978-1990, Descartes & Cie, Paris, 1994.
  • Œuvres complètes Tome 1, (Libérer l’avenir - Une société sans école - La Convivialité - Némésis médicale - Énergie et équité), Fayard, 2004.
  • Œuvres complètes Tome 2, (Le Chômage créateur - Le Travail fantôme - Le Genre vernaculaire - H2O, les eaux de l’oubli - Du lisible au visible - Dans le miroir du passé), Fayard, 2005.
  • La Perte des sens, Fayard, Paris, 2004.

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 31247

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Idées & Théories   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License