[ALTER-] Prospective
Portrait

André Leroi-Gourhan

vendredi 10 octobre 2008

André Leroi-Gourhan (25 août 1911 à Paris - 19 février 1986 à Paris) est un ethnologue, archéologue et historien français, spécialiste de la préhistoire. C’est aussi un penseur de la technologie et de la culture, qui sait allier précision scientifique et concepts philosophiques.

Biographie

Enfant, il se passionne pour les galeries du Muséum national d’histoire naturelle et lit Les Hommes fossiles de Marcellin Boule que sa marraine lui a offert. Il est tout d’abord diplomé de l’Ecole des langues orientales, où il est l’élève de Marcel Granet, en russe en 1931, puis en chinois en 1932. Il participe ensuite à la transformation de l’ancien Musée ethnographique du Trocadéro en Musée de l’Homme où il travaille dès 1933, ainsi qu’au département d’ethnographie du British Museum. En 1937, le Musée de l’Homme et les Musées nationaux l’envoient en mission au Japon d’où il ramènera, en 1939, les matériaux pour sa thèse de doctorat ès-lettres dirigée par Marcel Mauss et consacrée à L’Archéologie du Pacifique Nord. De retour en France, il est nommé conservateur adjoint du Musée Guimet de 1940 à 1944. Cette année-là, il est envoyé au château de Valençay pour veiller sur certaines œuvres évacuées du Louvre, dont la Vénus de Milo et la Victoire de Samothrace. Il participe aux activités de la Résistance, ce qui lui vaudra en 1945 la médaille de la résistance, la croix de Guerre et la croix de la Légion d’Honneur. En 1946, il devient sous-directeur du Musée de l’Homme.

Il entreprend une deuxième thèse de doctorat, ès-sciences, consacrée aux Traces d’équilibres mécaniques du crâne des Vertèbrés terrestres (1954). En 1956, il succède à Marcel Griaule à la Sorbonne, à la chaire d’Ethnologie générale et Préhistoire, puis est élu à la chaire de préhistoire du Collège de France de 1968 à 1982 et membre de l’Institut de France. En 1973, il reçoit la médaille d’or du CNRS.

Parmi ses élèves, Leroi-Gourhan comptera le chanteur Nino Ferrer, passionné d’archéologie, et l’archéologue François Beaudouin.

Leroi-Gourhan et l’art préhistorique

André Leroi-Gourhan a proposé une approche radicalement nouvelle de l’interprétation de l’art pariétal paléolithique, basée sur un retour aux documents eux-mêmes, à l’analyse des relations de voisinage des œuvres et de leur position par rapport à la topographie des cavités. Il procède à un traitement statistique des représentations et aboutit à une lecture symbolique des figurations interprétées comme des symboles masculins ou féminins.

Leroi-Gourhan et les méthodes de fouilles archéologiques

Au cours des fouilles qu’il a dirigées à la grotte des Furtins en 1945, dans les grottes d’Arcy-sur-Cure entre 1946 et 1963, mais surtout sur le site magdalénien de Pincevent à partir de 1964, André Leroi-Gourhan a contribué à renouveler les méthodes de fouilles archéologiques. Le site exceptionnellement conservé de Pincevent lui a permis de développer une analyse spatiale des habitats préhistoriques, grâce à la fouille par décapages, à l’origine de l’ethnologie préhistorique française.

Leroi-Gourhan et l’ethnologie

André Leroi-Gourhan a consacré une partie de son œuvre à l’anthropologie des techniques, fournissant à la fois des principes théoriques (les concepts de tendances et de faits techniques, de milieu technique, de milieu favorable à l’invention et à l’emprunt), des cadres méthodologiques (les méthodes d’analyse des degrés du fait et de la chaîne opératoire) et une classification générale de l’action technique.

Ces apports fondamentaux à l’épistémologie de ce champ disciplinaire sont réunis dans différents d’A. Leroi-Gourhan tels que L’Homme et la matière (1943/1971), Milieu et techniques (1945/1973) ou Le Geste et la parole (vol.1 : Technique et langage, 1965 ; vol. 2 : La mémoire et les rythmes, 1965).

A. Leroi-Gourhan fut un grand pédagogue tant en ethnologie qu’en archéologie. Son œuvre fut donc poursuivie par de nombreux chercheurs (Robert Cresswell, Hélène Balfet, Christian Pelras, Pierre Lemonnier, Christian Bromberger, Jean-Pierre Digard, Aliette Geistdoerfer, Bruno Martinelli) ce qui constitue une école française d’ethnologie des techniques plus reconnue comme telle dans les pays anglo-saxons que dans l’hexagone. Plusieurs équipes de recherche s’inscrivent dans la tradition de pensée d’André Leroi-Gourhan : le groupement de recherche "Matières et manières" successivement dirigé par H. Balfet, C. Pelras et B. Martinelli et l’équipe de "Technologie culturelle" longtemps dirigée par R. Cresswell puis Aliette Geistdoerfer, connue aussi sous le nom de sa revue Techniques et culture, revue fondamentale pour la définition du champ disciplinaire.

Citations

* « On ne fait pas plus de Préhistoire en ramassant des haches polies qu’on ne fait de Botanique en cueillant des salades dans son jardin. » * « Si le bûcheron chinois est chinois ce n’est pas parce qu’il est bûcheron mais parce que son comportement est orienté par une perception des formes et des mouvements qui sont propres à la culture chinoise. Cette perception ne se limite pas à l’art, elle englobe tout l’ensemble du vécu à travers les formes et les rythmes » (Encycl. Clartés, 1956). * « qui est vécu, chaque jour et par chaque homme, en tous pays, ne porte pas de signature et ce qui fait d’une grande œuvre une œuvre française, italienne ou chinoise c’est ce par quoi elle tient à ces millions de bricoles anonymes qui sont le capital journalier d’un peuple. » (Pages oubliées sur le Japon, 2004). * « Les nuances sont (…) l’élément définitivement significatif et l’esthétique au sens large pourrait bien être l’une des clefs de l’ethnologie. S’il en était ainsi il y aurait véritablement une science à créer, celle des valeurs, des rythmes, des saveurs et des formes dans une systématique adaptée aux besoins de l’expression de l’indéfinissable ethnique. » (L’expérience ethnologique, 1968) * « Dans la forme d’un outil trois valeurs interfèrent : la fonction mécanique idéale, les solutions matérielles à l’approximation fonctionnelle qui relèvent de l’état technique et le style qui relève de la figuration ethnique » (Le geste et la parole vol. 2, 1965) * « Je parle souvent de cette ligne unique propre au Japon, ni droite ni courbe à force de vouloir être à la fois courbe et droite : le flanc du Fuji, la ligne du sabre, le rempart d’un château, la branche du pin, les îles dans la Mer intérieure, le flanc du toit, le bord d’un seau, le bol à thé, la coupe d’un vêtement, le geste d’un danseur, un trait de calligraphie » (Pages oubliées sur le Japon, 2004).

Principales publications

* L’Homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943 * Milieu et techniques, Paris, Albin Michel, 1945 * Le geste et la parole, Paris, Albin Michel, 1964-65 * Les religions de la Préhistoire, Paris, PUF, 1964 * Préhistoire de l’art occidental, Paris, Mazenod, 1965 * Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Universitaires de France, 1988 * Pages oubliées sur le Japon, Grenoble, éditions Jérôme Millon, 2004

Bibliographie

* Audouze, F. et Schlanger, N. (sous la direction de), 2004, Autour de l’homme : contexte et actualité d’André Leroi-Gourhan, A.P.D.C.A., Antibes. * Delluc, B. et G., 1986, « Hommage à André Leroi-Gourhan », Archéologia, n° 212. Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article * Delluc, B. et G., 2004, « Art pariétal : André Leroi-Gourhan à la lumière des découvertes récentes », in : Autour de l’homme : contexte et actualité d’André Leroi-Gourhan, éditions A.P.D.C.A., Antibes, pp. 237-248. * Delluc, B. et G., 2007, « André Leroi-Gourhan et l’art paléolithique », Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, Actes du 26e congrès préhistorique de France, Avignon, 2004, pp. 197-204. * Groenen, M., 1994, Pour une histoire de la préhistoire, Éd. J. Millon , ISBN 2-905614-93-5 Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article * Groenen, M., 1996, Leroi-Gourhan - Essence et contingence dans la destinée humaine, Paris Bruxelles, De Boeck Université, 184 p. * Lorblanchet, M., Les grottes ornées de la Préhistoire, Errance, 1995, ISBN 2-87772-112-4 Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article * Martinelli, B., 1988, « Après Leroi-Gourhan : les chemins de la technologie », in Les voies de l’homme, Hommage à A. Leroi-Gourhan, actes du colloque CNRS, Paris, ed. Albin Michel.

Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article : sources utilisées pour la rédaction de cet article


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 31247

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Idées & Théories   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License